LA CARTE DE LA SANTÉ MENTALE EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

noeudsLa PFCSM, en collaboration avec l’Association iris-Faîtière, a élaboré une carte qui reprend les services membres de la PFCSM dans la Région de Bruxelles-Capitale. Elle comprend les services de santé mentale, les centres de réadaptation psycho-sociales, les hôpitaux (hôpitaux généraux avec unité d’urgences psychiatriques, hôpitaux généraux avec service psychiatrie, et hôpitaux psychiatriques) ainsi que les Maisons de Soins Psychiatriques et les Initiatives d’Habitations Protégées. Les numéros des équipes mobiles et d’autres numéros utiles comme le centre de prévention du suicide y sont également affichés. La carte comprend également les arrêts de métro des grands axes et les rues principales y figurent également.

Cette carte est destinée à tous les acteurs social-santé et aux structures de première ligne (cabinets médicaux, CPAS, centres de santé mentale…). Pour obtenir une carte en en PDF (à imprimer en AO),il faut prendre contact avec la PFCSM via l'adrese Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

5 FEESTAVONDEN NAAR AANLEIDING VAN DE 10E VERJAARDAG VAN GTB

rouagesSamen met jou ontdekken we wat jouw sterke punten zijn en welke job bij jou past. We zoeken naar betaald werk of een passend alternatief. Het maakt niet uit welke uitkering je hebt. Indien je een ziekte-uitkering ontvangt, gaan we in samenspraak met je adviserende geneesheer aan de slag met jouw zoektocht naar werk. 

In november viert GTB haar tiende verjaardag! Met de première van een unieke documentaire door Laura Zuallaert, door de gekruiste blikken van 5 mensen op hun bevredigende ervaring van het starten van een activiteit na een reis vol vragen; Eva De Groote in gesprek met 3 gasten over de resultaten van een verrassend onderzoek over de toekomst van de inclusieve arbeidsmarkt; en straffe acts.

De teaser van de documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=jaW8hZJ0TqY&feature=youtu.be

In elke provincie, een bruisend feest: 5/11 Stadsschouwburg Antwerpen, 7/11 De Factorij Zaventem, 8/11 De Bijloke Gent, 9/11 C-Mine, Genk,14/11 De Spil, Roeselare

Inschrijven voor de feestavond kan via: https://10jaar.gtb.be

 

 

LE SMES-B SOUFFLE SES 25 BOUGIES

assistanceLe SMES-B a le plaisir de vous inviter à fêter ses 25 ans autour d'un dispositif innovant de "théâtre législatif" sur les questions de la place des usagers, de la mobilité des travailleurs et de l'intersectorialité. Le Théâtre législatif est un dispositif de démocratie participative. Il utilise le théâtre forum et une forme théâtralisée d'assemblée démocratique pour donner la parole aux citoyens et engager le dialogue avec les décideurs politiques et économiques afin de dégager, sur un mode collaboratif, des pistes de solutions aux problèmes de notre monde contemporain.

Quand? Jeudi 29 novembre 2018 de 13h à 18h et à partir de 18h pour un apéro dinatoire

Ou? Au ViaVia - Quai aux Briques 74 à 1000 Bruxelles

Prix? 25€ pour les associations, 10€ pour les particuliers et gratuit pour les habitants de la rue

Infos et inscriptions : https://www.smes.be/spip.php?article130

 

 

3/12/2018 : JOURNÉE DE RENCONTRE À L’OCCASION DES 30 ANS DE LA TRACE

contact"Choisir la proximité comme cadre d’accompagnement : Des chemins à explorer ensemble"

Depuis trente ans, La Trace accompagne des personnes en difficulté par le sport et l’aventure. Au-delà des bienfaits de l’activité physique et de la nature, son projet se veut une invitation à aller à la  rencontre de soi et des autres. Depuis 1988, elle fait le pari sans cesse renouvelé de sortir d’une certaine distance professionnelle au profit d’un vivre ensemble caractérisé par le partage et une grande proximité.

En quoi consiste ce vivre ensemble ? Quels types de lien se nouent à La Trace et avec quels effets ? En cette année anniversaire marquante de son histoire, La Trace a tenté de répondre à ces questions en interrogeant directement tous ses acteurs, participants comme travailleurs. Les paroles recueillies ont donné matière à un écrit, récit sensible de ce qui fait le quotidien de La Trace. A présent, nous vous invitons à découvrir et prolonger ce travail le temps d’une journée de rencontre. Comment la recherche d’une juste présence amène-t-elle à questionner la distance thérapeutique ? En quoi la proximité peut-elle constituer un cadre de travail, avec ses leviers et ses écueils ? Comment vient-elle interroger nos identités professionnelles et nos pratiques ?

Nous aborderons ces questions à travers l’expérience de La Trace et des acteurs du secteur de la toxicomanie, de la santé mentale et du champ social dont la pratique se confronte aux mêmes enjeux. Cette journée de rencontre se voudra un moment d’échange, permettant à chacun d’interroger son propre rapport à la bonne distance, ou à la juste proximité.

Prix? 35€, Prix étudiant/mutuelle/cpas/demandeur d’emploi : 15€

Inscription? via à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Où? Salle Bernier, CPAS de Saint Gilles, Rue Fernand Bernier, 40 à 1060 Saint-Gilles

 

 

LES GROUPES D'ENTENDEURS DE VOIX À BRUXELLES

connectLe réseau d'entendeurs de voix offre de l’information, soutien et compréhension aux personnes qui entendent des voix. Ils organisent des groupes d’entendeurs de voix, qui ont montré leur efficacité à aider l’individu à retrouver son identité et reprendre sa vie en mains. Même parfois après des années de psychiatrie.

Pour rejoindre un groupe il suffit de contacter par téléphone ou par mail le facilitateur du groupe que vous souhaitez rejoindre, ou de vous présenter spontanément à une rencontre.

Deux groupes se réunissent à Bruxelles :

  • L’Autre Lieu, 5 rue de la Clé, 1000 Bruxelles. Rencontres tous les quinze jours, le samedi de 16h à 18h. Facilitatrice: Elodie. Tél : 0478 42 76 08
  • BXL NorWest, 93 Av Sermon, 1090 Bruxelles. Rencontres chaque 2ème et 4ème mardi du mois de 17h à 18h30.Facilitateurs : Jean-Paul Noël et Jean-Marc Priels.Tél : 0499 88 49 64

Plus d'informations sur http://www.rev-belgium.org/

 

 

16/11/2018 : STIGMA DOORBREKEN BIJ MENSEN MET EEN PSYCHISCHE KWETSBAARHEID

cheminPSC Sint Alexius organiseert een studienamidag over het thema stigma. Stigma bij mensen met een psychische kwetsbaarheid is een bron van lijden, onrecht en uitsluiting. Stigma is een ziekmakend gegeven dat de algemene bevolking kan aansteken, de media, de hulpverleners en ook de hulpvragers. Wij en zij dus. De strijd tegen stigma wordt op deze studienamiddag belicht door stigma-onderzoekers, hulpverleners, ervaringsdeskundigen en het publiek,

Met deelname van Kristen Catthoor, Nadia Mahjoud, Erik Thys en Stijn Vissers en een tentoonstelling van vzw KAOS. Aansluitend receptie verzorgd door Atelier Groot Eiland.

Wanneer? 16 november 2018 13.30-18u.
Waar? PSC St-Alexius, Gewijde Boomstraat 102, 1050 Elsene

Uitgebreid programma: http://www.rezone.be/images/Docs/stigma_psc-elsene.jpg

 

 

APPEL À TÉMOIGNAGE « QUOTIDIEN BIPOLAIRE »

partenairesDans le cadre de la journée mondiale des troubles bipolaires, le 30 mars 2019, le Funambule souhaite publier un recueil de témoignages intitulé « Quotidien bipolaire ». L'association lance donc un appel à témoignages, que vous soyez atteints par le trouble bipolaire ou que vous soyez un(e) proche. Anecdotes drôles ou tragiques, souvenirs bons ou mauvais, dessins, collages ou illustrations, citations, moments du quotidien, périodes de vie, réflexions et autres, en prose ou en poésie, vos textes seront accueillis avec bonheur !

Idéalement, les contributions devraient faire environ une page A4 mais il n’y a aucun problème cela dépasse quelque peu. Des textes écrits à la main peuvent également être envoyés. Tous les textes devront être envoyés par mail à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avec comme objet : « texte de témoignage pour le recueil Quotidien Bipolaire » . N’oubliez pas d’écrire votre prénom à la fin du texte, c’est plus sympa !

Date limite d’envoi des textes : le 31 décembre 2018. Plus d'information sur www.funambuleinfo.be

 

 

GOUTER DE SAINT-NICOLAS

noeudsLa plate-forme de concertation en santé mentale de Bruxelles Capitale vous invitte à son gouter de Saint-Nicolas : un moment de détente entre profesionnels, usagers et proches.

Cela se passera le mardi 6 décembre de 14 à 17h dans les locaux de la Plate-forme, rue de l'Association 15, 1000 Bruxelles

 

 

ASSOCIER LES USAGERS AUX PRISES DE DÉCISION : ADVOCACY FRANCE PRÉSENTE DES VIDÉOS DE SENSIBILISATION

rouagesComment prendre en compte la parole des usagers handicapés psychiques, et les associer aux prises de décision ? Quels sont les obstacles ? Suite à une recherche-action sur ces thèmes, l'association Advocacy a élaboré des guides pour la pratique.

Menée en 2016-2017, la recherche-action sur le thème « De la diqualification à la prise de parole en santé mentale » a associé de nombreux Groupes d'entraide mutuelle (GEM) et des sociologues. Chercheurs-usagers et chercheurs-professionnels ont, ensemble, mené ce projet, dans le respect des expertises de chacun. Les uns ayant formé les autres à conduire et analyser un entretien, à porter un discours commun ; pendant que les autres ont témoigné et partagé les obstacles de leur quotidien. Le chercheur-collectif, qu’ils ont créé, a permis l’émergence de solution pour contourner les difficultés de communication et de compréhension entre les personnes ayant des troubles psychiques et les personnes qui les accompagnent pour faciliter leur inclusion. De premiers résultats ont été diffusés dans un rapport fin 2017.

Poursuivant cette démarche, Advocacy publie des outils pratiques sur le thème « Faire valoir ses droits et gagner en autonomie », et destinés aux personnes en souffrance psychique et aux professionels qui les accompagnent. Ils donnent des recommandations pour favoriser le dialogue entre personnes concernées et professionnels.

Visionnez les vidéos :

https://www.advocacy.fr/upload/videos/GUIDE-A-DESTINATION-DES-USAGERS-final.mp4

https://www.advocacy.fr/upload/videos/GUIDE-A-DESTINATION-DES-PROFESSIONNELS-final.mp4

 

 

CRÉER UN COMITÉ D’USAGERS EN DÉFENSE SOCIALE

assistanceL’ASBL Psytoyens publie un guide pour la création d’un comité d’usagers en défense sociale à destination des usagers et des profesionnels de la défense sociale. Ce guide vise un objectif pragmatique : offrir des conseils, des outils et des pistes pour la constitution d’un comité d’usagers en soulignant la spécificité – les éventuels obstacles et les points d’attention – que cela constitue dans le système de défense sociale.

Qu’est-ce qu’un comité d’usagers? C’est un organe de concertation qui rassemble les usagers et les professionnels (ou représente ceux-ci lorsqu’il s’agit d’une grande infrastructure). Sa fonction est de fournir une évaluation du lieu de vie au sein d’une institution, de ses modes d’organisation au quotidien, de l’offre de service et des soins dispensés. L’objectif consiste à mettre en avant une série de difficultés relatées à travers le vécu des usagers et des professionnels et à trouver des solutions, à dégager des moyens concrets pour améliorer la situation ou remédier aux problèmes. Le comité d’usagers est un outil réel et concret de participation et d’expression des usagers, notamment vis-à-vis des instances hiérarchiques de l’institution.

Durant l’année 2016, l’ ASBL Psytoyens a organisé une série de rencontres impliquant des usagers et des professionnels issus du domaine de la défense sociale. L’enjeu était de mener une réflexion sur la mise en place d’un comité d’usagers en défense sociale. Pourquoi est-ce important ? Les personnes dites sous statut interné, c’est-à-dire qui, en raison d’un acte délictueux commis et parce qu’elles ont été déclarées irresponsables, se retrouvent sous le régime de défense sociale et sont placées, selon les cas et les places (in)disponibl es, dans l’annexe psychiatrique d’une prison, dans un établissement de défense sociale, dans une IHP (Initiative d’habitation protégée), une MSP (Maison de soin s psychiatrique s ), une institution résidentielle pour personnes handicapées... La particularité de ce statut est qu’il est souvent à durée indéterminée – « on sait quand on y entre, jamais quand on en sort » . Ces lieux deviennent donc souvent des lieux de vie (plutôt que de passage) où se côtoient des personnes ayant des profils, des vécus et des besoins sensiblement différents. Pour cette raison, offrir à ces personnes non seulement le droit, mais aussi les moyens de donner leur avis et de s’exprimer sur leur vécu, concourt souvent à améliorer leur situation, à diminuer le sentiment d’injustice lié au besoin d’être écouté et reconnu.

Vous pouvez obtenir ce document (ainsi que les autres brochures de Psytoyens) en utilisant le bon de commande :  https://www.psytoyens.be/wp-content/uploads/2018/10/Bon-de-commande-brochure-Psytoyens-1.pdf

Pour consulter l’article publié dans le Journal Vers l’Avenir du 6 octobre 2018: https://www.psytoyens.be/wp-content/uploads/2018/10/article-6octobre-Vers-lAvenir.pdf

 

 

LADY GAGA S'ENGAGE AU CÔTÉ DE L'OMS POUR LUTTER CONTRE LES TROUBLES PSYCHIQUES

contactLa star américaine signe une tribune avec Tedros Adhanom, le directeur de l'Organisation mondial de la santé (OMS), pour sensibiliser le public aux troubles psychiques. Un sujet qui lui tient à cœur depuis longtemps.

"800 000 personnes se tuent chaque année. Que pouvons-nous faire? Dans de trop nombreux endroits, les services de soutien en santé mentale sont inexistants et ceux qui peuvent être traités sont criminalisés. Une action audacieuse se fait attendre depuis longtemps. Au moment où vous aurez fini de lire ceci, au moins six personnes se seront suicidées à travers le monde. Ces six personnes ne représentent qu'une infime fraction des 800 000 personnes qui se suicideront cette année, soit plus que la population de Washington DC, d'Oslo ou du Cap. Parfois, ce sont des noms célèbres tels que Anthony Bourdain ou Kate Spade qui font les manchettes, mais ce sont tous des fils ou des filles, des amis ou des collègues, des membres précieux de la famille et des communautés.

Le suicide est le symptôme le plus extrême et le plus visible de l'urgence de santé mentale que nous n'avons pas encore réussi à traiter adéquatement. La stigmatisation, la peur et l'incompréhension aggravent les souffrances des personnes touchées et empêchent l'action audacieuse qui est si désespérément nécessaire et si longtemps attendue."

Lire la suite de la tribune (en anglais) sur The Guardian https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/oct/09/lady-gaga-mental-health-global-emergency-suicide

 

 

5-6/6/2018 : 39ÈME ÉDITION DU FESTIVAL PSY DE LORQUIN

connectDepuis 1977 le festival psy de Lorquin se veut le fer de lance de l'actualité audiovisuelle dans le champ de la santé mentale en présentant les réalisations récentes, tournées par des professionnels de l'image, des professionnels du soin, mais également des associations, des familles ou des usagers.Cette volonté de laisser la place à chacun de pouvoir s'exprimer, permet une liberté de ton, de format et de sujet qui fait l'originalité de ce festival depuis plus de 40 ans. Cette année encore, quatre salles présenteront la sélection des films retenus, à l'intérieur du Centre Hospitalier de Lorquin.

Après chaque projection, un animateur sera présent afin de faciliter les échanges dans la salle et approfondir les discussions et débats autour du film proposé. A la fin de la deuxième journée, un jury composé de spécialistes du champ de la santé, mais aussi de l'image, remettra son palmarès.

Plus d'informations sur le site du Centre national audiovisuel en santé mentale (CNASM) : http://www.cnasm-lorquin.fr/index.php/festival-psy

 

 

22-23/11/2018 : CONGRÈS DU RÉSEAU PROFAMILLE

cheminLes 19èmes rencontres du réseau francophone des animateurs du Programme psychoeducatif Profamille sont accueillies, cette année, par Dijon. Le but de ces rencontres est de faire le point sur les résultats obtenus, sur la diffusion du programme et sur les nouvelles améliorations, ainsi que de participer à l’amélioration de la maîtrise technique de l’animation.

Programme d’origine québécoise, importé en Europe en 1993, et développé depuis 2000 dans le cadre d’un réseau réunissant associations de familles de malades et professionnels de santé mentale, Profamille a bénéficié de la mise en place d’une stratégie d’évaluation et de certification qui ont permis l’amélioration régulière du contenu du programme.

Ce programme, mis en place depuis plusieurs années à Dijon grâce à l’implication des familles, est de loin le plus développé dans le monde francophone (en Belgique, en France, en Suisse, au Maroc, Luxembourg, Cameroun, République centre africaine, Bénin, et prochainement Algérie et Tunisie). Il a démontré un effet net sur l’amélioration du fonctionnement du patient, la réduction du nombre de réhospitalisation, mais aussi sur l’amélioration de la qualité de vie et la santé des familles.

Consultez le programmes sur : http://www.ch-lachartreuse-dijon-cotedor.fr/wp-content/uploads/2018/09/Preprogramme_Congres_Dijon_180829.pdf

Inscrivez-vou sur : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScV23wff8cNBui-ohaHVA_UUKNaLpJ5b2NGP0Ya90spM9-drw/viewform

En belgique, Profamille est développé par l'asbl Similes. Plus d'informations sur http://wallonie.similes.org/pourlesfamilles/

 

 

LE MONDE : LES ANTIPSYCHOTIQUES, DES TRAITEMENTS TRÈS MAL SURVEILLÉS

partenairesFréquemment à l’origine de diabète et de troubles lipidiques, ces traitements que prennent de 0,8 à 2,7 % des Français devraient faire l’objet de contrôles biologiques réguliers. Or moins de 3 % des patients ont un suivi optimal, selon une enquête menée à partir de données de l’Assurance-maladie.

C’est un constat catastrophique qui devrait alerter les patients et leurs familles, interpeller les médecins prescripteurs et les autorités sanitaires. Moins de 3 % des personnes prenant des antipsychotiques ont une surveillance biologique conforme aux recommandations, et 15 % n’ont aucun suivi, selon une enquête du docteur Marine Le Pierres pour sa thèse de psychiatrie, soutenue le 11 octobre à l’université de Nantes.

Ce travail, qui n’a pas encore fait l’objet d’une publication scientifique, a été réalisé à partir des bases de données de l’Assurance-maladie des Pays de la Loire, sur une population de près de 20 000 individus. « Ces carences dans la surveillance sont une perte de chance pour des patients qui ont déjà une perte de chance », résume le professeur Olivier Bonnot (chef du service de pédopsychiatrie du CHU de Nantes), à l’origine de ce sujet de thèse et directeur de celle-ci. De fait, les médicaments antipsychotiques – que se voient prescrire de 0,8 à 2,7 % des Français, dans des indications multiples – sont fréquemment à l’origine, singulièrement ceux de deuxième génération, d’un syndrome métabolique associant prise de poids, diabète, et dyslipidémie. Ces effets indésirables, plus importants avec certaines molécules, telles la clozapine ou l’olanzapine, sont des facteurs de risque cardio-vasculaires.

Lire la suite sur https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/10/23/les-antipsychotiques-des-traitements-tres-mal-surveilles_5373181_1651302.html